L'ermitage de conliège
 

l'ermitage de Conliège : localisation

Sur les hauteurs de Conliège; se trouve un ancien ermitage dont l'origine est inconnue, mais dont la construction est antérieure à 1480. La chapelle quand à elle aurait été construite en 1605 par C Robin.
En 1836, la commune loue l'ermitage à un ermite, Elie Simonin, qui y fait d'importants travaux.
L'ermitage est vendu en 1927 à la familles Prost qui le restaure.Malheureusement, l'ermitage n'était à nouveau plus entretenu et la végétation le menaçait. En 1996 une association composée de passionnés locaux a été créée dans le but d'acquérir cet édifice pour en assurer la sauvegarde. Durant trois années les membres de l'association mais aussi les villageois intéressés ont conjugué leurs efforts et leurs compétences. A Noël, la croix qui avait depuis longtemps disparu a été réinstallée. A Pâques, c'est la cloche qui a regagné sa place. D'ici peu, tout le toit de lave sera restauré. José a été embauché pour remonter les murs mais c'est surtout grâce aux efforts désintéressés de chacun que l'ermitage

L'association

La réfection du toit

Lorsque l'association "l'hermitage" acquiert l'ermitage de Conliège en 1998, celui -ci est dans un état préoccupant. La toiture de laves n'est plus étanche et les travaux sont a faire d'urgence pour protéger ces bâtiments inscrits désormais aux monuments historiques. C'est l'entreprise Rotondo qui est chargée en 2000 de réaliser la réfection du toit . Une réussite !( dossier sur le suivi des travaux indisponible actuellement: en réparation !)

Saint Etienne de Coldre


La chapelle St Etienne de Coldre, est indissociable du site. Longtemps considérée comme l'une des plus ancienne du département, il serait actuellement plus raisonnable de penser qu'il y a eu plusieurs constructions successives sur le même site. La nef est du 14e siècle La chapelle elle-même est assez austère mais son dallage composé de jolies pierres tombales originales mérite le détour . Ce que je préfère c'est l'ancien cimetière abrité par des arbres centenaires et dont les épitaphes semblent dessinées par la mousse

Elie Simonin