les Lacs
 

La fee du lac de Narlay

Une fée bien susceptible!

La légende raconte qu'autrefois un village important était bâti sur les rives du lac. Un soir froid et brumeux de septembre, une mendiante, probablement une fée, implora, en vain, l'asile pour la nuit auprès de tous les habitants, mais ne trouva finalement refuge que sous le toit du plus pauvre d'entre eux. De colère, la fée noya le village entier, à l'exception de la demeure de son hôte située à l'extrémité du lac. Le nouveau village de Narlay se reconstitua autour de la maison épargnée, mais tout les ans à Noël, le coq du village englouti chante les douze coups de minuit. La fée laissa cependant aux eaux du lac le pouvoir de blanchir, sans lessive ni savon, le linge le plus souillé.

Entre mythe et réalité...

narlay

Le lac de Narlay est particulièrement profond (42 m). Il est d'origine glaciaire. Les plongeurs qui s'y sont aventurés, n'ont jamais pu trouver trace d'un village englouti , il n'ont pas rencontré le coq de Noël non plus, mais peut-être ont-il mal cherché...
Quand aux propriétés physico chimique du lac... renseignements pris auprès de la direction départementale de l'agriculture du Jura, il semble que rien dans la composition de l'eau du lac ne justifierait les propriétés que la légende lui attribue.
Pourtant, autrefois on employait bien les eaux du lac pour les lessives en n'utilisant ni savon ni détergent du commerce.
Voici comment on procédait: deux fois par an, au printemps et à l'automne avait lieu la grande lessive . Chaque famille préparait un « lessu », mélange de cendres tamisées et d'eau bouillante, réalisé dans un sac qui était ensuite déposé au fond d'une grande bassine en bois( le cuveau). On ajoutait le linge que l'on arrosait et chauffait insensiblement jusqu'à ébullition . Cette opération demandait un jour plein. Le lendemain matin, le linge était emporté dans des sacs sur des voitures attelées jusqu'au lac pour y être battu et lavé. Une fois rincé, il était étalé sur les roches ou les buissons . Une lessive durait environ trois jours! On se servait ensuite du lessu pour mettre en propreté placards, boiseries et meubles.

Un curieux phénomène

Sur ces terres austères, propices à la rêverie, les légendes se sont multipliées au cours du temps. Ici on parle d'une Vouivre qui viendrait se désaltérer dans les eaux du lac, là, ce sont des Sylphes qui chevaucheraient dans les airs... le lac de Narlay possède une particularité que les conteurs n'ont pas encore exploitée, mais qui pourrait un jour être le point de départ d'une nouvelle histoire : certains printemps, ce lac en forme de coeur passe progressivement du bleu au rouge. Cette couleur étrange est appelée "le sang des bourguignons". Elle est due à la présence d'une algue, Oscillatoria rubescens. Voilà de quoi nourrir de nouvelles légendes qui pourraient enrichir nos longues soirées d'hiver. Alors si le coeur vous en dit: A vos plumes!

voir le plan

voir le plan